jeudi 17 décembre 2015

Qualité : le risque de l'usine à gaz pour l'approche "risques"



Les qualiticiens sont parfois des spécialistes des usines à gaz. Tiens prends par exemple l’approche « risques ». Si tu expliques à ton patron que c’est une obligation de la nouvelle version de l’ISO 9001, et qu’il faut identifier tous les risques possibles, les évaluer et mettre en place des dispositions pour les réduire ou les éliminer ou les contourner, il va encore penser que la qualité, une fois de plus, est une empêcheuse de tourner en rond. Surtout si, comme certains le font, tu lui précises qu’il faut en profiter pour s’occuper de tous les types de risques que peut courir son entreprise en y incluant la santé et sécurité au travail, la préservation de l’environnement et tout le toutim.

En son for intérieur, ton patron pensera certainement que la notion de risques, il connait. Il en prend tous les jours et le premier qu’il a pris est de créer son entreprise le cas échéant. Lui, il croit à la chance et à sa bonne étoile parce que c’est un entrepreneur. Alors, vas-y mollo. Ne le bassine pas avec une nouvelle usine à gaz. L’approche « risques » s’inscrit dans le principe de l’amélioration continue. Plutôt que de générer des actions préventives au petit bonheur la chance, tu les orientes, grâce à cette approche, sur des sujets essentiels pour la pérennité de ton organisme. Demande plutôt à ton patron ce qu’il attend en priorité en matière de résultats de sa boutique et en fonction de sa réponse, tu lui proposeras d’évaluer les risques de ne pas atteindre les résultats en question. Peut-être que cette approche simple et centrée sur l’essentiel lui conviendra mieux.

2 commentaires:

olivertuis a dit…

Je suis d'accord que cette analyse des risques est très importante et la bienvenue dans ce contexte de la COP21. Mon inquiétude réside dans l'efficacité dans d'une telle évaluation. Peut-on alors évaluer tous les risques avant le démarrage d'un projet ou le fonctionnement d'un processus. Quels sont les outils pour une meilleure évaluation?. L'évaluation des risques doit-elle être permanente ou ponctuelle. Ex: Nous évaluation les risques de nos activités cette année et nous nous retrouvons l'année prochaine pour réévaluation. A quel moment peut-on dire que nous avons complètement fini d'évaluer les risques d'une activité. Merci de m'éclairer.

pascal vedel a dit…

Pour moi, un inventaire et une gestion des risques doit toujours se faire par rapport aux objectifs de l'entreprise. Tout ce qui peut perturber l'atteinte d'un des objectifs de l'entreprise est un risque (et ce qui peut faciliter l'atteinte d'un des objectifs est une opportunité ). Evaluer l'impact sur l'atteinte des objectifs permet d'affecter des priorités aux risques et de ne traiter que ceux qui sont importants. Et la gestion des risques est un éternel recommencement : les changements internes ou externes font apparaître des nouveaux risques ou modifient l'impact qu'ils peuvent avoir. De même certains risques peuvent devenir d'un niveau marginal et ne plus avoir à être traités. Enfin, il ne faut pas traiter plus de risques, et les moyens de contrôle correspondant, que l'organisation ne peut suivre sinon on court le risque de ne pas pouvoir gérer efficacement les contrôles mis en place pour gérer les risques et certains de ces risques se matérialiseront et empêcheront d'atteindre les objectifs