samedi 18 mars 2017

Prises de décisions et risques



Le manager a été créé pour prendre des décisions. C’est un de ses rôles majeurs. Une décision est un choix. Un choix engage l’avenir. Un avenir parfois lointain. Le manager doit faire des choix afin que nous existions encore après demain. Auguste DETOEUF déclarait dans un de ses ouvrages au titre surprenant écrit dans les années trente "Les propos d'Oscar Barenton confiseur":

 « Que l’ouvrier pense à son travail, le contremaître au travail du lendemain, le chef d’atelier à celui du mois suivant, le chef de service à l’année qui vient et le directeur à ce que l’on sera dans cinq ans. »

 Chacun à son niveau prend des décisions. Au niveau des directions, une décision est lourde de conséquence. Tu sauras que tu as eu raison dans trois quatre ou cinq ans. Parfois plus. Si tu as fait le mauvais choix : catastrophe. Aussi, pour réduire ce risque, tu souhaites des outils d’aides à la décision. De nombreux chercheurs se penchent sur cette épineuse question. Apparemment, l’outil miracle n’est pas encore trouvé. En général, les méthodes existantes ne sont applicables que dans des situations classiques routinières pour lesquelles tu as des informations qui te permettent de faire pencher la balance d’un coté ou de l’autre. Ces situations ne sont pas très compliquées. Des décisions qui peuvent être prises sur la base d’informations fiables, te permettant de ne pas te tromper, ne sont plus de vraies décisions.

Lorsque tu disposes de toutes les informations qui te permettent de prendre de bonnes décisions, le concept même de décision disparaît. En effet, tous les jours tu prends des décisions comme par exemple de payer le troisième tiers, de porter la voiture au garage pour une révision, etc. Cependant, ces décisions n’en sont plus vraiment puisque tu as des outils (des règles) qui t'aident à les prendre. Hélas, lorsqu’une vraie décision est à prendre, tu ne trouves dans ces cas là aucun outil à ta disposition. C’est à ton intuition, à ton expérience (ce qui revient au même), bref, à ton pifomètre que tu fais appel. Et c’est la fiabilité de cet outil admirable qui fait la différence entre les bons et les mauvais chefs.
     

Aucun commentaire: