lundi 26 septembre 2016

Entreprises et systèmes vivants : souplesse et adaptabilité (saison 7)



Le chaos est souvent source de vie alors que l’ordre génère des habitudes.
Henry BROOKS ADAM.
Notre second souci est d’être capable de nous adapter à ces changements qu’ils soient insidieux ou considérables, superficiels ou profonds. Mais d’abord, il nous faut les percevoir. Ne faisons pas comme la grenouille qui ne sent pas monter la température de l’eau de son bocal. Installons des thermomètres partout. Et encore, pour l’animal c’est simple, elle doit surveiller un seul paramètre. Nous, nous ne savons pas tout ce qui peut dangereux pour notre avenir. Quels sont les paramètres de notre environnement qui, en changeant, peuvent nous mettre en danger ?
Notre premier boulot est donc d’établir une liste exhaustive de ces éléments. Nous pouvons le faire pour l’entreprise ou pour nous même.
Pour notre entreprise, il peut s’agir d’éléments qui sont dans l’actualité et que nous ne surveillons pas de manière systématique. Ceux-là sont peut-être plus dangereux car assez invisibles.
C’est d’ailleurs assez marrant que, dans la dernière version de la norme ISO 9001, celle de 2015 bien entendu, on trouve dans les premières exigences la connaissance du contexte avec l’identification des enjeux externes et internes ainsi que la connaissance des attentes des parties intéressées influentes qui peuvent, si l’on n’y fait pas face, constituent autant de dangers générant des risques variables selon les typologies d’entreprises.
    

Aucun commentaire: